Starting Sept. 30, 2014, Genealogy.com will be making a big change. GenForum message boards, Family Tree Maker homepages, and the most popular articles will be preserved in a read-only format, while several other features will no longer be available, including member subscriptions and the Shop.
 
Learn more


Chat | Daily Search | My GenForum | Community Standards | Terms of Service
Jump to Forum
Home: Surnames: Cousino Family Genealogy Forum

Post FollowupReturn to Message ListingsPrint Message

Histoire de famille
Posted by: Marguerite Grondin Date: February 24, 2000 at 07:54:48
  of 314


Jean-Bathiste Cousineau
fils de Guy Cousineau et Marie Pépuchon

--------------------------------------------------------------------------------


Jean-Baptiste Cousineau naquit en 1662, au Grand de Millac, évêché de Périgneux, France, fils de Guy Cousineau et de Marie Pépuchon originaire du Périgord, en France, vint du Limousin au Canada comme soldat vers 1686. Il arriva au Canada, vers l'an 1688, il épousa à Montréal. le 2 janvier 1690, Marie-Jeanne Besnard dit Lajeunesse fille aîné de Mathurin Besnard et de Marguerite Viard, de Montréal, tous deux natifs de France. Après son mariage, il demeura plusieurs années à Montréal, à travailler, sans doute, à la construction des premières maisons en pierre de la ville, car les registres du temps mentionnent, en plusieurs endroits, qu'il était "maçon et tailleur de pierre".

Ce ne fut qu'en 1708 qu'il vint s"établir à Saint-Laurent, en la Côte de Notre-Dame-des-Vertus, sur une propriété qu appartient aujourd'hui à M. Hugh Paton, qui l'a acquise de M. Firmain St-Aubin. Cette terre (no 210 du cadastre), avait été concédé, le 25 octobre 1725, par les messieurs de Saint-Sulpice, à Dame Jeanne Mansion, veuve de Jean Cherlot dit Desmoulins, et elle était de soixante arpent en superficie, Bien que les archives du Séminaire n'indiquent pas précisément la date du contrat d'achat de cette propriété par Jean-Bte Cousineau, tout porte à croire que c'est en 1708, puisqu'à cette date la Veuve Desmoulins est retournée à Montréal, et qu'elle épouse, en secondes noces, Vincent Tudeault, du même endroit. De plus cette terre était voisine de ses deux gendres, Jean et Pierre Grou, établis tous deux à Saint-Laurent, peu de temps auparavant, le premier époux de Jeanne Cousineau, et le second époux d' Angélique Cousineau, étant devenu veuf de Gabrielle Cherlot dit Desmoulins, fille de la veuve Desmoulins qui venait de vendre sa propriété à Jean Cousineau. L' occasion ne pouvait être plus favorable pour faire l' acquisition de cette terre afin de demeurer comme on dit en famille. Comme il avait plusieurs gaçons à établir, il fit, en 1717 et en 1718, l' acquisition du reste de la même propriété, c'est-à-dire, la partie située aujourd'hui en la Côte du Bois-Franc, jusqu'à la Rivière des Prairies (nos 94 et 102 du cadastre), et aussi d'une autre terre de Vertus, aujourd'hui la propriété de M. Aldéric et Arthur Beaulieu (no 241 du cadastre). Nous voyons encore, à Saint-Laurent, d'anciennes maisons en pierre, construites très probablement par Jean Cousineau, puisque c'était son métier ; d'abord, la siennes et celles de ses gendres, Jean et Pierre Grou, trois maisons absolument semblables, ayant été faites, sans doute, par le même. Elles ont été restaurées depuis, mais on en a conservé la forme première, ainsi que la maçonnerie en grosse pierre et en bon mortier comme on savait le faire dans l'ancien temps ; et ceci concorde parfaitement avec la tradition conservée dans la famille Grou que ces maisons de Vertu ont été construites du temps des deux frères Jean et Pierre Grou.

Comme tous les colons, fondateurs de la race canadienne-française, Jean Cousineau eut plusieurs enfants, et après deux ou trois générations, ses descendants formaient une partie considérable de la population de Saint-Laurent; et les terres de cette paroises étant toutes concédées à cette époque, il fallut songer à l'émigration. Plusieurs nouvelles paroisses du Nord de Montréal dûrent leur rapide développement au courage et à la vaillance des fiers enfants de Saint-Laurent, qui songeant d'abord à l'avenir de leur nombreuse postérité, ne craignaient pas de prendre la hache et la charrue et de s'avancer au loin pour abattre la forêt et labourer les terres fertiles, afin d'en retirer la subsistance de leurs nombreux enfants.

Les paroisses de Saint-Martin, Saint-Eustache et Saint-Benoit, comptent parmi leurs premiers habitants plusieurs membres de la famille Cousineau ; la Pointe-Claire, Sainte-Geneviève et Saint-Anne eurent aussi leur contingent qu s'agrandit, en même temps que la colonisation s'avançait, et on en retrouve aujourd'hui jusqu'à Hull et Ottawa, plusieursfamilles disséminées eu divers endroits et formant les branches du grand arbre qu est encore bien vivace à Saint-Laurent. Plusieurs aussi quittère Saint-Laurent pour les Cantons de l' Est, où, non loin de Sherbrooke, on en retrouve en 1909 un groupe considérable. Mais la partie la plus nombreuse de la famille Cousineau est actuellement à Montréal ; dès la deuxième et troisième génération, plusieurs avaient laissé Saint-Laurent pour retourner à laville où il existe en 1909, soixante-deux familles. La souche est demeurée à Saint-Laurent n'en est pas moins devenue, elle aussi , un grand arbre formant aujourd'hui cinq branches différentes descendant toutes du même Jean Cousineau, et dont les unes se sont séparées du tronc principal à la première et la deuxième génération, et les autres à la troisième. Chacune pourra facilement retracer sa ligne directe au moyen des notes qu'on retrouvera au bas de pages à chaque génération de la présente notice. Le travail complet renfermant les noms de tous les menbres de la famille Cousineau serait très facile à faire, vu qu'un seul est venu de France faire souche au Canada, mais j'ai cru suffisant de le resumer et de faire cannaître seulement les plus proches parents, comme dans la précédente généalogie de la famille Grou.

M. le Chanoine Jasmin, dans la magnifique préface qu'il m'a fait l'honneur d'écrire pour mon modeste livre, dit que " la profession des Grou est inscite dans les registres, et qu'ils furent de tout temps colonisateurs et cultivateurs, ayant fourni de respectables citoyens et de bons chrétiens aux paroisses où ils ont vécu", je puis rendre le même témoignage aux Cousineau, et ajouter que ces deux familles paraissent avoir eu ausi de tout temps les mêmes goûts et les mêmes aspirations, puisque dès l'origine nous les trouvons unis par les liens de la plus étroite amitié en même temps que par ceux du sang. En effet, nous voyons deux frères Grou épouser deux soeurs Cousineau, et à une génération subséquent deux cousins Cousineau épouser deux soeurs Grou. Ces liens de parenté, remontant à la cinquième génération, se sont resserrés de nouveau à la sixième par l'union de Gervais Cousineau et d'Angélique Grou. Ce sont ces liens continus qui m'ont donné l'idée de publier, l'une à côté de l'autre, la généalogie des deux familles. Chacun des membres de nos deux familles éprouvera comme moi-même, je l'espère, un réel bonheur à faire connaître à ses parents et à ses amis - à qui ce petit travail est d'ailleurs destiné - les relations de parenté et d'affection qui ont existé entre nos communs ancêtres. Puisse, dans le respect de ces pieuses traditions de famille, les liens qui nous unissent déjà se resserrer encore, pour le présent et pour l'avenir.



J.E. GROU


Followups:

Post FollowupReturn to Message ListingsPrint Message

http://genforum.genealogy.com/cousino/messages/29.html
Search this forum:

Search all of GenForum:

Proximity matching
Add this forum to My GenForum Agreement of Use
Link to GenForum
Add Forum
Home |  Help |  About Us |  Site Index |  Jobs |  PRIVACY |  Affiliate
© 2007 The Generations Network